Le bijou qui rajeunit enfin la perle !

.

Suivez moi :)

Chercher

L'ÉMERAUDE

Admirée depuis toujours

Pierre précieuse reconnaissable entre toutes par sa couleur et sa lumière uniques, les émeraudes furent de tout temps prisées pour leur beauté et leur rareté.

Cléopâtre en était folle, et si la légende veut que sa présence soit déjà évoquée dans les traditions babyloniennes plusieurs millénaires avant J-C, on sait de sources sûres que dès l’Antiquité, des mines d’émeraudes s’étalèrent près de la mer Rouge, et étaient prisées de tous les grands empires pour en orner leurs bijoux et couronnes.

Caractéristiques de l’émeraude

 

Couleur, inclusions et particularités de l’émeraude

Aucune gemme ne peut prétendre avoir une couleur verte comparable à celle de l’émeraude. Et peu d’entre elles rivalisent de rareté et donc de valeur. Sa couleur varie d’une émeraude à l’autre du vert pâle à reflets jaunes à un vert profond et plus bleuté.

Néanmoins, l’émeraude possède un « défaut notable », lequel rend chaque pierre parfaitement unique. Elle est généralement très incluse. Il n’existe pas ou peu d’émeraude « pure » ou dénuée d’inclusion, c’est-à-dire de givres. De ce fait, il serait inutile d’en rechercher une, d’autant plus que sa valeur serait proprement inestimable. Dans l’univers de la joaillerie, on appelle ces inclusions « le jardin de l’émeraude ». Ces inclusions, qui ne sont pas toujours visibles à l’œil nu, offrent leur caractère unique à chaque pierre.

Par ailleurs, l’émeraude est une pierre précieuse particulièrement fragile, délicate. Elle ne saurait donc être taillée que de la main de lapidaires expérimentés.

 

Un point sur le traitement des émeraudes :

Son aspect naturellement doté d’inclusions nombreuses pourra donner à certains l’idée de la traiter à la chaleur, comme on le fait pour les rubis ou les saphirs. Mais l’émeraude ne supporterait pas un tel traitement, ni même un traitement aux ultrasons, qui pourraient détériorer la pierre.

Certains joailliers et lapidaires peuvent avoir recours à la baignade aux huiles pour parfaire l’aspect de l’émeraude, et l’on entend parfois dire que cela est interdit. Il règne sur ce point une confusion qu’il est important d’éclaircir. Nous ferons pour cela appel aux préconisations de la Confédération Internationale de Bijouterie, Joaillerie, Orfèvrerie des diamants, perles et pierres (CIBJO), une confédération internationale regroupant les plus grands experts, faisant autorité en la matière.

Le fait est que certains traitements à l’huile sont autorisés, d’autres non. Le principe est simple : s’il s’agit d’un traitement à l’huile incolore, fine et naturelle qui aura pour effet d’amoindrir non définitivement certaines inclusions de la pierre et de mettre en valeur sa couleur, la profession l’autorise.

Ce procédé pourra être répété autant de fois que nécessaire afin de garantir l’aspect de la pierre. De fait, puisqu’il s’agit d’un traitement non définitif, l’huile disparaitra au bout d’un certain temps. Il faudra alors y avoir recours. Pour cela, on pourra par exemple utiliser de l’huile de cèdre ou, dans tous les cas, une huile avec un indice de réfraction proche de celui de la pierre.

Concernant les traitements interdits, seront considérés comme tels les « remplissages ». Il ne s’agira plus de baigner la pierre dans une huile naturelle, mais d’injecter à l’intérieur une résine synthétique et généralement colorée. Ce traitement est irréversible.

Enfin, notez bien que si ces traitements sont interdits, la vente des pierres ainsi traitées ne l’est pas, à condition que cela apparaisse sur la facture ou le certificat.

Pour vous assurer de ne pas acheter une pierre artificiellement embellie, il faudra donc toujours penser à demander au vendeur un certificat d’authenticité de votre émeraude.

 

Les caractéristiques physico-chimiques de l’émeraude

D’origine hydrothermale, l’émeraude est née de l’alliance de roches de béryllium, qui lui donne sa structure particulière, et de roches de chrome, dont elle tire sa couleur verte. Ces deux éléments sont théoriquement incompatibles d’un point de vue chimique. Pourtant, l’intrusion de magma à l’intérieur des deux types de roches rend possible ce miracle de la nature.

À la composition de l’émeraude s’ajoutent aussi l’aluminium, le vanadium et le fer.

On utilise l’échelle de Mohs pour calculer la dureté des minéraux : celle de l’émeraude est située entre 7,5 et 8. Il est par ailleurs considéré que sa cassure est conchoïdale, et que sa densité est en moyenne de 2,8.

Enfin, l’émeraude est dichroïque.

Provenances de l’émeraude

La production d’émeraude est une spécialité colombienne.

La Colombie concentre à elle seule entre 50 et 60% de la production mondiale d’émeraudes. C’est sur ce territoire qu’est situé le fameux « triangle d’or » de l’exploitation de cette pierre précieuse, à travers les mines de Muzo, de Coscuez, de Chivor et de Peñas Blancas.

Mais ce pays n’est pas seulement le plus gros exploitant de mines d’émeraudes, il tient aussi la palme de la meilleure provenance, puisque les émeraudes colombiennes sont tenues pour être d’une qualité supérieure à toutes les autres dans le monde.

Après la Colombie, on trouve la Zambie (15% de la production mondiale), le Brésil (12%) et qui, ces dernières années, a entamé une politique d’accroissement de son exploitation, ainsi que la Russie, dont les mines de l’Oural représentent 4% de l’exploitation mondiale. Ensuite viennent le Zimbabwe et Madagascar, qui représentent tous deux 3% de la production.

Il est impératif de bien prendre cela en considération dans le choix d’une émeraude, car de sa provenance découlera directement son aspect.

 

Les différentes émeraudes selon les pays

Selon leur pays d’origine, les émeraudes n’ont pas toutes exactement le même aspect. Il conviendra donc de se renseigner précisément sur ce point avant une acquisition, ou tout du moins pour comprendre la qualité de la pierre.

De fait, si les émeraudes colombiennes sont considérées comme étant de meilleure qualité que toutes les autres, c’est en raison de leur formation remontant à près de 65 millions d’années. À cette période, certains mouvements tectoniques ont mis en contact minéraux et couches sédimentaires contenant des fossiles d’origine aquatique ayant libéré du calcaire. C’est cette équation unique qui a permis, par l’intervention du magma dans les diverses roches, de former ces pierres à la pureté inégalable.

Les émeraudes se pèsent en carats

Comme pour les autres pierres précieuses, le poids d’une émeraude s’établit en fonction du nombre de ses carats, de sorte qu’à qualité égale plus une émeraude contient de carats, plus son prix sera élevé. À titre d’exemple, pour 1 carat, une émeraude pèsera 0,2 gramme. Et si vous cherchez vraiment la perle rare, notez que la plus grosse émeraude au monde coûterait 400 millions de dollars, pour un poids de 38kg, soit 180 000 carats…

Petit point sur le carat

L’unité de poids de toutes les pierres est le Carat.
1 carat correspond à 0,2g.
Il ne faut pas confondre cette unité de poids avec les carats des alliages d’or ou d’argent qui indiquent le « titre », c’est-à-dire la quantité d’or fin contenue dans ces alliages.
Le mot carat vient du mots « caroubier » car les graines de caroube font toutes le même poids : 0,2g ! Ces graines servaient à l’époque d’unité de mesure.

L’art de la taille des émeraudes

Les émeraudes sont d’une grande valeur esthétique et ont un coût allant de pair avec leur rareté, et leur beauté. En outre, ce sont là des pierres précieuses relativement fragiles, qui ne pourront ni se porter ni s’entretenir sans une attention particulière. Il en va de même pour leur taille. S’il n’existe pas une règle absolue en la matière, les joailliers connaissent tout de même parfaitement cette forme qui leur sied si bien, et à laquelle elles ont même donné leur nom : la « taille émeraude » (notons au passage que cette taille n’est plus exclusivement la leur, puisque de nos jours, on peut par exemple trouver des diamants à taille émeraude).

La taille émeraude pourrait être décrite ainsi : un plateau relativement large, une taille en escalier sur les abords, et des facettes à pans coupés qui sauront en magnifier la couleur et l’éclat.

Bracelet Lucky Monoï - Perle de Tahiti incrustée d'une émeraude, or 750/1000ème et cordon vert

Pour toute question, nous sommes là pour vous aider.

JDL Paris - Le bijou qui rajeunit enfin la perle de culture ! - Joaillerie Made in France